LE BOTOX

La toxine botulinique permet de diminuer l’activité de contraction du muscle impliqué dans la formation de rides et freine l’évolution de la formation de rides permanentes. Judicieusement injecté, la dynamique des muscles donnera au visage un aspect reposé et rajeuni sans toutefois en modifier l’apparence.

La toxine botulinique est une substance synthétisée à partir d’une bactérie appelée Clostridium botulinum, qui a été purifiée dans des conditions strictement contrôlées.

L’injection de toxine botulinique bloque la conduction neuromusculaire et provoque une paralysie flasque en se fixant sur les sites récepteurs des terminaisons des nerfs moteurs, en pénétrant dans les terminaisons nerveuses et en inhibant la libération d’acétylcholine.

Quelles sont les indications d’une injection de la toxine botulique ( Botox ) ?

Ce traitement est surtout utilisé pour corriger les rides situés dans le haut du visage et traite efficacement la glabelle ou les rides du « lion » (rides de froncement des sourcils), les rides du front (élévation des sourcils), les « pattes d’oie » et les rides de plissement du nez.

Par ailleurs, les techniques d’injections se sont perfectionnées au fil du temps et il est maintenant possible de traiter d’autres régions du visage avec la toxine botulique.

C’est le cas entre autres des rides péribuccales, des bandes platysma (muscle du cou), ainsi que les fossettes au niveau du menton. Nous pouvons également diminuer l’apparence de gencives trop exposées chez certaines patientes en limitant l’activité de la lèvre supérieure.

Le saviez-vous ;

Il n’est pas rare de combiner l’injection de Botox à des agents de comblement, comme l’acide hyaluronique, pour remplir une ride plus profonde.

La toxine botulique en thérapeutique

Au-delà de son usage à des fins esthétiques, la toxine botulique est un produit versatile que nous utilisons entre autre pour l’hyperhidrose ou hypersudation, un trouble qui engendre une transpiration importante souvent au niveau des aisselles, des pieds et des mains.

La toxine botulique permet d’interrompre le signal entre les glandes sudoripares et les nerfs et ainsi produire une réduction de la sécrétion de sueur pour environ 7 mois.

Comment se déroule le traitement ?

Le chirurgien  réalise des photos de votre visage au repos et lors de la contraction forcée des muscles de la mimique, ce qui lui permet de repérer les points d’injection avec un crayon dermographique afin d’établir une « cartographie » précise des zones à traiter.

Les recommandations avant une injection de toxine botulique ( Botox )

La première consultation va permettre de vous interroger sur vos antécédents afin d’éliminer une des contre-indications suivantes à la toxine botulique ;

– Une maladie de la transmission neuromusculaire (myasthénie, syndrome de Lambert- Eaton).

– Une hypersensibilité connue à la toxine botulique.

– Une grossesse ou un allaitement en cours.

– La prise de certains médicaments : aminosides, ciclosporine, antirhumatismal (D-pénicillamine, tiopronine), anticoagulants.

– Des troubles de la coagulation.

Quels sont les résultats attendus après une injection de toxine botulique ( Botox )

L’injection de toxine botulique est une technique fiable permettant une amélioration esthétique à court terme et prévenant le vieillissement à long terme.

Le début d’action est variable d’un patient à l’autre (en moyenne quelques jours). Son efficacité est complètement installée en une dizaine de jours. La durée d’action du Botox est de 3 à 6 mois.

Les séances d’injections de Botox ne doivent pas être répétées avant une période minimum de 3 mois, afin de prévenir l’apparition d’une résistance au produit.

Saviez-vous qu’avec l’expérience du chirurgien la patiente n’a pas à avoir peur d’obtenir un résultat « figé », elle pourra toujours sourire, froncer les sourcils, et ce sans changer son expression faciale.

Les recommandations après la séance

Il n’y a aucune convalescence ; mais nous recommandons aux patientes d’éviter l’exercice physique, ainsi que de se pencher la tête en bas de la ceinture, lors des 48 premières heures suivant l’injection. Pour éviter l’apparition d’ecchymoses, nous suggérons d’éviter la prise d’alcool, de vitamines, les suppléments naturels, ainsi que l’aspirine et l’ibuprophène 3 jours avant et après le traitement.